Attac Centre-Essonne, Conférence "La dette publique, d’où vient-elle ? Le « Pacte budgétaire » est-il un remède ?"

Attac Centre-Essonne et les Amis du Monde Diplomatique d’Evry

organisent un débat public :

"La dette publique, d’où vient-elle ? Le « Pacte budgétaire » est-il un remède ?"

avec Pascal Franchet

Membre du CADTM (Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers-Monde)
 

Le samedi 13 octobre à 14H30 ,

Maison de quartier du village, Place du général de Gaulle, Evry (91)

 

On peut raconter l’origine de la dette de deux manières : du côté des dépenses et du côté des recettes.
Pour la plupart des économistes invités sur les plateaux télé, les dépenses publiques sont trop élevées, nous vivons à crédit et nous laissons une dette abyssale aux générations futures. Notre système social (retraites, sécurité sociale, hôpitaux publics…) est archaïque et doit être réformé.

En y regardant de plus près, on s’aperçoit en fait que les dépenses, par rapport au PIB, n’ont pas augmenté, ce sont les recettes qui ont diminué. Les taux d’imposition des contribuables les plus aisés et des entreprises ont considérablement diminué depuis une vingtaine d’années. Les multinationales utilisent « l’optimisation fiscale » pour réduire encore leurs impôts : ainsi, le groupe de Bernard Arnault, LVMH, possède 140 filiales dans les paradis fiscaux. Dans de telles conditions, la dette ne peut qu’augmenter.

 

Les plans de sauvetage des banques ont transformé leurs dettes privées en dettes publiques. Entre 2007 et 2012, la crise économique et financière et les politiques menées par nos dirigeants ont provoqué une augmentation de près de 50% des dettes publiques dont celle de l’État français.

 

Nos dirigeants n’ont qu’un mot à la bouche : l’austérité. On doit réduire les dépenses, et en premier lieu les dépenses sociales : fermetures de services hospitaliers, diminution du nombre de fonctionnaires, réforme des retraites ... Pour discipliner les peuples, le capitalisme financier promu par l’Union européenne est sanctuarisé dans le TSCG, ce traité concocté par Sarkozy et Merkel, que Hollande veut faire ratifier en l’état, malgré son engagement de le renégocier. Ces politiques ont déjà été appliquées en Grèce, en Espagne, et le résultat est connu : récession, chômage, augmentation des dettes, suicides …

 

D’autres solutions sont pourtant possibles, qui ont déjà été adoptées : ne pas payer les dettes illégitimes, restaurer une fiscalité fortement progressive, rétablir la souveraineté en matière monétaire et budgétaire, relancer des dépenses publiques pour remplir les carnets de commandes des entreprises, y compris privées, pour répondre aux besoins sociaux et écologiques et faire reculer le chômage…


Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulguées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org

Notre agenda