Attac 95 Sud, Conférence « Le Socialisme gourmand - le Bien-vivre : un projet politique »

 accueillent Paul Ariès
 
 Jeudi 6 décembre 2012 à l’Orange bleue,
7 rue Jean Mermoz, Eaubonne – entrée libre
 
 C’est où ?
 
 Paul Ariès est politologue et écrivain français, c’est un des animateurs du courant de la décroissance et l’auteur de

l’ouvrage : Le Socialisme gourmand - Le Bien-vivre : un projet politique .

Dédicace à partir de 19h30, débat à 20h30 .
 

Table de documentation Attac à disposition.

 

  "Le réquisitoire contre le capitalisme est déjà si lourd qu’il finit par nous assommer. Nous devons apprendre à conjuguer le versant négatif de la critique au versant positif. Versant négatif avec l’anticapitalisme, l’antiproductivisme, la décroissance... Versant positif avec la relocalisation, le ralentissement, l’idée de coopération, la gratuité, etc.

  Face à la crise systémique, nous devons nous méfier des pièges... Non l’objection de croissance ce n’est pas la récession ni l’austérité ! Non une vraie politique des gauches, ce n’est pas Hollandréou ni Arnaud Stakanobourg !

  Nous devons être très à l’écoute des nouveaux gros mots qui se cherchent à l’échelle mondiale pour dire les nouveaux chemins de l’émancipation : le sumak kawsay des indiens, le Buen vivir bolivien et équatorien, la vie pleine en Inde, l’eudémonia (la vie bonne) en Grèce, les nouveaux jours heureux, etc.

  Le socialisme gourmand se veut une tentative de penser ce que pourrait être la traduction française du Buen Vivir... Le socialisme gourmand pourrait être une façon d’inventer une Objection de croissance qui ne soit pas celle des directeurs de conscience, des donneurs de leçons...

  Les gens sont moins bêtes que désespérés, moins manipulés qu’angoissés. Comment sortir à la fois du capitalisme et du productivisme ? Comment renouer avec les milieux populaires ? Comment passer des passions tristes aux passions joyeuses ? Quelles leçons tirer des défaites des socialismes au 20e siècle ?

 Pourquoi prôner une insurrection des existences ? Quelles conséquences pour les comités d’entreprise, le mouvement coopératif, le socialisme municipal ? Quels cadeaux conceptuels nous font les pays les plus pauvres ? Qu’est-ce que l’anti-extractivisme ? Faut-il re-moraliser notre combat ? De quel type d’organisation politique avons-nous besoin ?"  Paul Ariès
 

Pour débattre autour de ces idées, rendez-vous le jeudi 6 décembre 2012 à l’Orange bleue !
  Paul Ariès à l'Orange Bleue



À propos du comité local organisateur

Attac 95 Cergy

Soutenez nos actions : 80 000€ pour bloquer Amazon

Avancement de la campagne : 20980 € sur 80000 € !

26.23%

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulguées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org

Le flux

31/10 Pour mieux comprendre la situation à Hong-Kong (Séverine Arsène, Placer l’altermondialisme et la solidarité au cœur des relations internationales)

31/10 On ne protège pas la démocratie quand on la suspend (Collectif, Placer l’altermondialisme et la solidarité au cœur des relations internationales)

31/10 Le gouvernement chilien veut mettre en ordre sa maison avant l’arrivée de Trump (Luciana Ghiotto, Placer l’altermondialisme et la solidarité au cœur des relations internationales)

31/10 Amérique latine. « Au Chili, le socle institutionnel est issu de la dictature » (Franck Gaudichaud, Placer l’altermondialisme et la solidarité au cœur des relations internationales)