« Non à l’OTAN, non à la guerre » les 24 & 25 mai 2017 à Bruxelles

Les 25 et 26 mai 2017, un sommet de l’OTAN se tiendra à Bruxelles pour l’inauguration de son nouveau siège. Ce sera la première visite en Europe de Donald Trump depuis son élection.

Un collectif international regroupant plus de 500 organisations venant de plus de 50 pays (chiffres provisoires, en augmentation continue) organisera à cette occasion :

  • Le 24 mai : une grande manifestation dans Bruxelles pour la « bienvenue » à M. Trump et pour demander la dissolution de l’OTAN.
  • Le 25 mai, un contre-sommet dans des locaux dans le centre de Bruxelles avec débats, ateliers, projection de vidéos, témoignages, etc.

Nous devons exiger :

  • que la France sorte complètement de l’OTAN, qui devra être dissoute ensuite,
  • que l’OTAN cesse de nous désigner nos ennemis,
  • que la France développe des relations « courtoises », sans vouloir les humilier, avec tous les pays, au-delà des désaccords qui pourraient exister (Russie et Chine par exemple)
  • que la France participe à la Conférence des Nations Unies pour un traité d’interdiction des armes nucléaires en juin 2017 prochain,
  • une véritable sécurité des peuples du monde entier, sans recours à un bouclier anti-missiles par essence agressif, par des partenariats mutuellement profitables,
  • un arrêt de l’escalade des budgets d’armement,
  • un traité sur le commerce des armes incluant un embargo dans les régions en guerre.

Seule une mobilisation de tous les peuples du monde nous permettra de l’obtenir.

Pour plus de détails :


Non à l’OTAN, non à la guerre

À l’occasion de l’inauguration du nouveau siège de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, l’OTAN, à Bruxelles, le prochain sommet de l’OTAN aura lieu les 25 et 26 mai 2017. Ce sera également à cette occasion que Donald TRUMP viendra en Europe pour la première fois : nous sommes loin des propos qu’il a tenus pendant sa campagne électorale sur une possible sortie des USA de l’OTAN ! Rappelons d’abord que l’OTAN a été créée en 1949 par les USA et leurs alliés occidentaux, soit 6 ans avant le pacte de Varsovie créé en 1955. À ce titre, c’est sans doute un des tous premiers actes dans le cadre de ce qui sera ensuite appelé la Guerre froide. On pense souvent qu’elle aurait dû être dissoute avec la disparition de l’URSS, même si, illégale, elle n’aurait jamais dû exister.

Après 1992, au contraire, l’OTAN a continué de s’étendre, y compris dans des pays frontaliers de la Russie, en contradiction avec les accords passés à l’époque avec M. Gorbatchev. Parmi les objectifs de l’OTAN figure le maintien de l’économie libérale dans ses pays membres, avec la possibilité d’une intervention militaire si un pays voulait se doter d’un régime politique différent. Héritière d’une vision bipolaire du monde, à la fois alliance militaire et économique, c’est donc aussi une alliance basée sur des critères idéologiques. Elle se situe délibérément sous le leadership des États Unis d’Amérique.

L’OTAN est intervenue directement, ou indirectement en apportant la logistique de guerre, dans la plupart des conflits ouverts ou semi-ouverts des 20 dernières années : ex- Yougoslavie, Afghanistan, Irak, Libye, Syrie, Ukraine, Soudan,
RCA, etc.

Au regard de la législation internationale générée par les Nations Unies, l’OTAN est illégale parce que c’est une alliance militaire et que l’Atlantique Nord n’est pas une région au sens de la Charte des Nations Unies. Elle étend son emprise très au-delà de l’Atlantique Nord.

Les liens avec l’Union européenne sont forts comme le rappellent régulièrement les dirigeants des pays de l’UE et en particulier François Hollande.

À ce jour, ce sont 28 pays qui en sont membres, avec une multitude d’accords de partenariat, y compris en Extrême Orient, en Amérique latine ou en Afrique. La pieuvre continue de se développer. En Europe, des accords dans des conditions proches de celles de l’adhésion ont été signés l’année dernière avec la Suède et la Finlande : l’enjeu en est évidemment la Russie présentée comme l’ennemi à contrer coûte que coûte.

Parmi les discussions qui auront lieu à Bruxelles, un point important concernera le budget de l’OTAN : la demande expresse qui est faite à tous ses pays membres est de porter le budget de Défense à 2% du PIB. Compte tenu des bases de calcul présentées, qui sont d’ailleurs très sous-évaluées (manquent notamment les recherches universitaires et le complément du coût des OPEX payées par tous les ministères), cela signifierait en France une augmentation du budget de 33 % environ. La part concernant l’armement nucléaire doublerait dans cette hypothèse d’ici à 2030. L’OTAN est donc un acteur important de la course aux armements et de l’explosion des budgets militaires. Le cumul des budgets de défense nationaux a déjà doublé depuis 10 ans pour atteindre en 2016 1800 Mds$ et cela pourrait continuer. Nul doute que cela fasse partie du discours qui sera tenu par Donald Trump !

Rappelons aussi que le budget des Nations Unies, pour la préservation de la Paix, pour le développement de la culture et de l’éducation, pour l’aide au développement économique, est 120 fois plus faible que le budget de l’OTAN !

L’OTAN est ainsi un facteur important d’insécurité pour le monde entier, nous devons exiger :

  • que la France sorte complètement de l’OTAN qui devra être dissoute,
  • que l’OTAN cesse de nous désigner nos ennemis,
  • que la France développe des relations « courtoises », sans vouloir les humilier, avec tous les pays, au-delà des désaccords qui pourraient exister (Russie et Chine par exemple)
  • que la France participe à la Conférence des Nations Unies pour un traité d’interdiction des armes nucléaires en juin 2017 prochain,
  • une véritable sécurité des peuples du monde entier, sans recours à un bouclier anti-missiles par essence agressif, par des partenariats mutuellement profitables,
  • un arrêt de l’escalade des budgets d’armement,
  • un traité sur le commerce des armes incluant un embargo dans les régions en guerre.

Seule une mobilisation de tous les peuples du monde nous permettra d’obtenir cela.

C’est ce que nous exigerons à Bruxelles les 24 et 25 mai prochains avec des milliers d’autres artisans de la paix venus du monde entier.

Paris le 31 mars 2017

Premiers signataires de l’appel

Américains contre la guerre (AAW), Anciens Appelés en Algérie et leurs amis contre la Guerre (4ACG), Abolition Armes Nucléaires - Maison de Vigilance, ARAC, Attac, Collectif Faty KOUMBA : Association des Libertés, droits de l’homme et non-violence, Conseil Démocratique Kurde de France (CDK-F), Droit-Solidarité, Enseignants pour la Paix, EELV, Ensemble !, Femmes Égalité, Femmes Solidaires, Iraniens contre la guerre, Le Mouvement de la Paix, Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN), Mouvement de la jeunesse communiste de France (MJCF), MRAP, Collectif Ni Guerres ni État de Guerre, Parti de la Démondialisation (ParDem), Parti de Gauche, PCOF, PCF, Sortir du colonialisme, Union Pacifiste de France, Union Syndicale Solidaires,


#ParadisePapers : appel pour l’instauration d’une taxe globale sur les multinationales

8669 personnes se sont engagées !

Prochain objectif : 10000 signataires.

86.69%

Lire le texte complet de l’appel.

Attac France protège vos données. Vos informations personnelles resteront privées, ne sont pas divulgées à des tiers et seront conservées de manière sécurisées. Si vous l’avez demandé, vous recevrez des informations sur les mobilisations d’Attac ; il est possible de vous en désinscrire à n’importe quel moment.

Si vous souhaitez modifier ou supprimer des informations vous concernant, vous pouvez nous contacter à l’adresse attacfr@attac.org.

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org

Notre agenda