Attac Paris 19/20 - Conférence-débat « La dimension psycho-sociologique du capitalisme : influence et solutions »

Conférence-débat

« La dimension psycho-sociologique du capitalisme : influence et solutions »

avec Thierry Brugvin, sociologue, membre du conseil scientifique d’Attac

Entre les deux excès qui consisteraient à n’expliquer les actions des individus que par des déterminismes structurels ou que par une liberté de choix individuel et rationnel,

Entre l’approche strictement socio-économique et l’approche uniquement psychologique,

Il semble nécessaire de trouver un juste milieu, le juste point d’équilibre, afin de produire une analyse fondée sur une complémentarité constructive.

 

à partir des 2 livres

- "Etre humain en système capitaliste ? L’impact psychosociologique du néoliberalisme "
- " Le pouvoir illégal des élites" 2014
 

samedi 11 juin 2016 à 17h

Bar-restaurant « Le Lieu-dit »
6 rue Sorbier 75020 Paris
Métro Ménilmontant ou Gambetta
 


 

Être humain en système capitaliste ?
L’impact psychosociologique du néolibéralisme

 
Thierry Brugvin, Samuel Chaîneau, Sébastien Hernandez,
Olivier Labouret, Gérard Weil
 

JPEG - 10.7 ko

Sommaire :
- LA VIOLENCE SYMBOLIQUE « PSYCHOLOGIQUE » DU NÉO-LIBÉRALISME, par Olivier Labouret
- DE L’INSTITUTION TOTALE AU TOTALITARISME, par Sébastien Hernandez
- L’ACCOUTUMANCE EST UNE DES CAUSES DU CONSUMÉRISME, par Gérard Weil
- LA PSYCHOSOCIOLOGIE DE L’ÊTRE HUMAIN FACE AUX POUVOIRS POLITIQUES ET ÉCONOMIQUES, par Thierry Brugvin
- CRITIQUE ET DÉPASSEMENT DE L’ANTHROPOLOGIE LIBÉRALE, par Samuel Chaîneau
 
L’impact psychologique du néolibéralisme
Vivre en régime capitaliste, ce n’est pas anodin… Peut-on y conserver notre dignité d’être humain ? Et si nous prenions conscience de l’impact ressenti, et du coup, des pistes pour s’en prémunir ?
Au croisement des sciences politiques, économique et de la psycho-sociologie, cet ouvrage s’interroge sur les conséquences du capitalisme sur l’esprit et le fonctionnement humain. Une réflexion collective sur les effets du système néolibéral sur le psychisme des individus dans une approche qui place l’humain au centre de l’analyse politique et économique. Quelles sont les conséquences du néolibéralisme sur notre liberté ? Quelle part de responsabilité individuelle sur le système ? Cet ouvrage original et transversal réunit des auteurs-experts dans des disciplines différentes : psychologie, psychiatrie, philosophie, politique et éducation.
Depuis la période du freudo-marxisme des années 1970, avec des auteurs tels Castoriadis, très peu d’ouvrages sont consacrés aux effets sur le psychisme des individus du système idéologique et économique qu’est le capitalisme. Ni sur les marges de liberté existantes et sur la part de responsabilité individuelle, face à ce que l’on peut aussi dénommer la « mégamachine », à l’instar de Serge Latouche. Car si une part du système capitaliste découle des infrastructures techniques et matérielles, comme l’explique Marx, le niveau de développement psychique de la majorité des individus actuels en est aussi en partie responsable.
Ce livre entend donc répondre à une carence de la sociologie critique, de la psychologie, mais aussi de l’altermondialisme, en matière d’analyse du capitalisme néolibéral et du pouvoir adémocratique qu’il exerce. C’est cet angle mort, portant sur l’analyse psychosociologique, mais parfois aussi anthropologique du système économique et politique, sur lequel se centre la problématique de ce livre.
Il s’agit d’apporter des réponses à ces défis sociétaux contemporains : à l’idéologie du « choc des civilisations », à la loi d’airain de l’oligarchie, à l’individualisme concurrentiel et atomi­sant. Par l’analyse des mécanismes de domination et d’émancipation, nous cherchons donc à construire des outils d’éducation populaire visant à une citoyenneté responsable, solidaire et ouverte sur la diversité.
 
LES AUTEURS :
Pour analyser cette crise globale, ses conséquences et ses solutions, cet ouvrage rassemble les contributions dans une démarche pluridisciplinaire, dans les domaines des sciences humaines et sociales.
Thierry Brugvin a dirigé cet ouvrage. Il est docteur en sociologie, diplômé d’une maîtrise de psychologie, psychothérapeute et enseignant en psychosociologie à l’université. Il a publié plusieurs livres et articles.
Olivier Labouret est médecin-psychiatre, président de l’USP (Union syndicale de la psychiatrie). Il a publié deux livres.
Gérard Weil, diplômé en sciences de l’éducation et ancien responsable de formation à l’INA.
Sébastien Hernandez est diplômé en sciences sociales et militant syndical.
Samuel Chaîneau est enseignant, agrégé en philosophie et militant politique.
Prix : 14.00 € / Format : 12 x 22 cm / 216 pages
 
http://www.yvesmichel.org/product-page/economie/etre-humain-en-regime-capitaliste/
 
 


 

LE POUVOIR ILLEGAL DES ELITES

Thierry BRUGVIN
Edition Max Milo, 2014
 

JPEG - 12.8 ko

Avec cette enquête accablante pour nos démocraties contemporaines, Thierry Brugvin jette une lumière crue sur les pratiques « adémocratiques », quand elles ne sont pas purement illégales, des élites nationales et internationales qui nous gouvernent.
À mesure que la crise financière dure et que sont demandés aux populations des efforts croissants, on note une désaffection des peuples à l’égard de sa classe dirigeante, et l’émergence à grande échelle d’une véritable crise de confiance.
Dans cet un ouvrage, Thierry Brugvin apporte une matière précieuse pour tout citoyen soucieux de la préservation de l’état de droit. Il pointe les défauts de nos démocraties libérales et le comportement de ceux qui profitent de ces failles par leurs pratiques « adémocratiques », voire illégales. Au-delà du constat, Il apporte aussi des pistes de modernisation dans le sens d’une meilleure répartition des richesses.
Ce pouvoir des élites s’illustre dans de nombreux domaines :
- Financier : en 2003, 50% des flux de capitaux sont passés par des places off-shore selon le FMI.
- Économique : collusion d’intérêts, l’actuel président de la Banque Mondiale était conseiller international de Goldman Sachs.
- Étatique : Liens entre États, partis politiques et entreprises (Angolagate, Affaire Woerth-Bettencourt, etc).
- Organisations internationales : Soutien à certains régimes autoritaires de pays dits démocratiques au mépris des populations.
- Judiciaire : Possibilité d’user de manière indue de l’argument « Secret défense » pour empêcher la justice d’accéder à certains dossiers…
- Mais aussi, Répressif,
- Communicationnel,
- Idéologique,
- Psychosocial.
C’est un travail de fond que réalise Thierry Brugvin en embrassant la gouvernance internationale sous tous ses aspects (en particulier les USA, la France, l’Afrique…). Avec de nombreuses sources à l’appui, il offre au lecteur la capacité de repenser l’exercice du pouvoir de manière égalitaire et responsable.
Thierry Brugvin est docteur en sociologie (EHESS), il exerce comme enseignant chercheur à l’université notamment. Il est spécialiste de la sociologie des élites.

 

Voir en ligne : http://paris.demosphere.eu/rv/46752



À propos du comité local organisateur

Attac Paris 19/20