Arles - Projection/débat « Agent Orange - une bombe à retardement »

Attac Pays d’Arles vous invite samedi 3 février à la présentation du procès de Tran To Nga contre les entreprises fabricante de l’Agent Orange, conférence/discussion précédée de la projection du film de Thuy Tien HO, « Agent Orange - une bombe à retardement »

Amphithéâtre de l’espace Van Gogh - place Dr. Félix Rey
Samedi 3 février à 15h30

Nga, sa bataille, l’agent orange au Viêt Nam, ce poison !

Près de quarante ans après la fin de la guerre du Viêt Nam, une Française d’origine vietnamienne engage des poursuites contre des géants de la pétrochimie : elle les accuse d’avoir produit l’Agent orange, un défoliant très toxique déversé par l’aviation américaine et qui, aujourd’hui encore, fait de nombreuses victimes. Elle est aujourd’hui en procès contre 25 fabricants de l’Agent Orange, dont Monsanto – le principal fabricant, et Dow chemical ...
La tragédie qui se déroule actuellement au Viêt Nam, depuis un demi-siècle, est complexe. Elle touche aussi, dans des proportions moindres, le Laos et le Cambodge, affecte les vétérans états-uniens, leurs alliés sud-coréens, néo-zélandais, et australiens. Par ailleurs, elle concerne les habitants des zones où furent fabriqués, menés les essais de mise au point des agents chimiques, ainsi que leur stockage, notamment aux États-Unis, Nouvelle-Zélande, Canada, Inde, Thaïlande, Japon, îles du Pacifique, entre autres.
Les victimes de l’Agent Orange, passées, présentes et à venir, se comptent par millions – les responsables n’ont pas été inquiétés.

Le Procès en cours :

  • […] Une fois toutes les conclusions des sociétés défenderesses déposées, le tribunal demanda à Mme Tran To Nga d’y répondre au cours du même semestre. La somme de travail étant considérable, un délai supplémentaire a été accordé jusqu’au 28 septembre 2017, date à laquelle elles ont été déposées.
  • La défense devant avoir toujours la parole en dernier, les sociétés américaines ont un délai de 3 à 4 mois pour répondre aux écritures de la plaignante. Ceci nous porte à la fin 2017, voire début 2018.
  • Lorsque les sociétés défenderesses auront déposé leurs dernières écritures, le juge fixera la date d’une première audience lors de laquelle sera plaidée une demande d’expertise et de provision en réparation du préjudice subi par Mme Tran To Nga.
  • Ce calendrier à venir sera fixé par le tribunal le 8 mars 2018.
    La procédure dure depuis bientôt 4 ans.

Plus d’infos :

La discussion sera précédée de la projections « Agent Orange, une bombe à retardement » de en présence de la réalisatrice Thuy Tien HO (plus d’infos)
et de Mme Tran to NGA qui a intenté un procès en France contre des firmes américaines fabricantes de l’Agent Orange contenu dans des bombes larguées durant la guerre qui ont dévasté le Viet Nam. (plus d’infos sur le site de Mme NGA et sur celui de France-Inter)

Vietnam : Agent Orange, une bombe à retardement.

Un film de Thuy Tiên Ho, Laurent Lindebrings . 2013 - France – 57’

Le film ouvre le dossier douloureux d’un drame peu médiatisé qui touche aujourd’hui des millions de Vietnamiens, sur plusieurs générations et dont les effets impactent l’avenir du pays et celui de ses enfants à naître.
Après 40 années de guerre ininterrompue contre la France puis les États-Unis, le Vietnam sort enfin de la guerre, le 30 avril 1975. Fin des bombes à billes, à fragmentation, au phosphore, au napalm qui pleuvent sur la population. La paix et la reconstruction du pays sont à portée d’espérance. Pourtant, en partant, l’armée américaine laisse un poison aujourd’hui invisible : la dioxine. Cette arme chimique puissante, plus connue sous le nom d’Agent Orange, produite notamment par la multinationale Monsanto, a pris possession de la terre, des eaux, de la végétation vietnamienne. En s’infiltrant dans les sols, les rivières, elle touche la chaîne alimentaire. Des millions de Vietnamiens, victimes de la dioxine sont atteints de lourdes malformations et de cancers. 40 ans après les derniers épandages, la dioxine continue de faire des ravages. Comment qualifier cette catastrophe humaine et écologique que vivent le Vietnam et sa population ?
Au-delà du cas vietnamien, quelle est la responsabilité des États dans le choix des armes et de leur utilisation en cas de conflit armé ? Quelles sont les réparations possibles envers les victimes et les pays dévastés ? Le film aborde ces questions à travers des témoignages et l’analyse donnée par des scientifiques et historiens rencontrés au Vietnam, en France et aux États-Unis.

Plus d’infos :



À propos du comité local organisateur

Attac Pays D’arles

J’agis avec Attac !

Je m’informe

Je passe à l’Attac !

En remplissant ce formulaire vous pourrez être inscrit à notre liste de diffusion. Vous pourrez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien de désinscription présent en fin des courriels envoyés. Ces données ne seront pas redonnées à des tiers. En cas de question ou de demande, vous pouvez nous contacter : attacfr@attac.org