Un autre site web est possible !
Vous naviguez actuellement sur l'ancien site d'Attac France. Visitez le nouveau site de l'association : http://france.attac.org

Nous ne paierons pas pour leur crise ! Venez le dire avec nous, samedi 28 mars
article publié le 16/03/2009
auteur-e(s) : Attac France

Le G20, qui regroupe les économies les plus puissantes du monde, va se réunir à Londres le 2 avril pour… sortir de la crise sans que rien d’important ne change vraiment !


PDF - 42.6 ko
Tract 28 mars version pdf

Face à sa volonté de décider au nom de tous les pays et à la place des peuples du monde entier, un appel international a été lancé lors du forum social mondial de Belém pour faire du 28 mars une journée mondiale de mobilisation sur la crise et face au G20. Plus de 500 organisations ont signé cet appel, relayé en France par plus de 30 associations, partis ou syndicats.

Sortir de la crise, c’est sortir du néolibéralisme : un projet de société basé sur le culte de l’argent, la compétition de tous contre tous, la marchandisation des activités humaines, la croissance infinie par la création de besoins inutiles et le pillage des ressources naturelles du sud. Il faut d’urgence refonder une organisation internationale basée sur la coopération, ayant pour but la satisfaction des besoins fondamentaux pour tous et la préservation des biens publics mondiaux (environnement, santé, éducation...).

Face à l’incompétence du G20 et des gouvernements, les mesures suivantes seraient symboliques d’une véritable volonté de tourner la page et non de sauver le système pour que tout reparte comme avant jusqu’à la prochaine crise :

Suppression des paradis fiscaux
Ils sont un symbole du système en place, car ils protègent les fonds spéculatifs, encouragent la dérégulation, et favorisent l’opacité des opérations financières en garantissant le secret bancaire. Les avancées récentes sur la levée du secret bancaire dans certains pays paradis fiscaux européens ne sont qu’un premier pas très insuffisant vers la suppression progressive de ces zones de non droit.

Mise en place d’un pôle bancaire et financier public européen
On ne peut pas demander aux citoyens de financer le sauvetage des banques sans contreparties. Le secteur privé a déjà démontré son incapacité à gérer ces biens publics que sont le crédit et la monnaie. Cela exige la création à l’échelle européenne d’un secteur bancaire et financier public, contrôlé démocratiquement, et cela de manière permanente et non transitoire.

Mise en place de taxes globales au niveau international
Sur les transactions financières, sur les bénéfices, les émissions de carbone,... l’instauration de taxes globales peut redonner des marges de manœuvre aux politiques publiques, pour transformer le processus actuel de globalisation dominé par la seule régulation par les marchés. Les taxes globales doivent également permettre de financer le développement de biens publics mondiaux tels que la santé, l’éducation, la sécurité, l’accès à l’eau...

Limitation des hauts revenus
La concentration de la richesse entre quelques mains a pris une ampleur inédite ces dernières années. Elle doit être combattue vigoureusement en fixant des taux d’imposition prohibitifs sur les hauts revenus. On ne peut tolérer, à l’heure où l’on prône la sobriété et des modes de vie soutenables pour la planète, qu’une caste d’ultra-riches, patrons de multinationales, actionnaires, vedettes de cinéma ou du sport, se vautrent dans un luxe indécent.

GIF - 5.6 ko

Documents joints
Tract 28 mars version pdf - 42.6 ko - PDF
Fait partie de la collection :
Tracts
fr

Creative Commons License | Firefox 2 | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Contacter Attac France | SPIP