Un autre site web est possible !
Vous naviguez actuellement sur l'ancien site d'Attac France. Visitez le nouveau site de l'association : http://france.attac.org

Les idées « naturelles » !
article publié le 8/06/2008
auteur-e(s) : Jacques Cossart

On lira ici une réaction à un article du journal La Tribune ainsi que l’article lui-même.
La propagande ordinaire !


 Les idées « naturelles » !

Alain Baron publie dans La Tribune datée du 25 mai 2008, un article intitulé « De quelques idées à contre-courant sur la mondialisation ». Il y dresse une sorte de compte-rendu enthousiaste d’un ouvrage de Madame Verdier-Molinié, « La mondialisation va-t-elle nous tuer ? ». Il nous y présente l’auteure comme « jeune et talentueuse journaliste ». Peut-être n’aurait-il pas été inutile de préciser que Madame Verdier-Molinié est aussi vice-présidente de l’Ifrap (Institut français pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques) lequel institut se présente, en toute modestie, comme « le think tank de la société civile ». Très obligeamment, une traduction française, avec « réservoir d’idée », nous est fournie. Cependant pour éclairer plus complètement encore sur la nature du dit institut, on peut se contenter de reproduire comment l’ Ifrap se présente lui-même ; il « exerce également une importante activité de lobbying auprès des autorités politiques pour faire progresser les idées libérales ». On le croit bien volontiers quand on prend connaissance de ce qu’il propose comme quelques unes de ses luttes fondamentales : le coût des privilèges (entendez les retraites à la SNCF) ou celui de l’absentéisme (dans la fonction publique, bien entendu).

Alain Baron nous précise que l’essai « s’achève par une charge non moins tonique contre le mouvement Attac ».

Il est parfaitement loisible à chacun de publier des proclamations largement ressassées par tout ce que la planète ultralibérale compte de zélateurs. Le lecteur, on peut l’espérer tout au moins, fera son tri. En revanche, on ne peut que s’étonner qu’un journal aussi « sérieux » que La Tribune fasse, sans la moindre mise en perspective, l’apologie de pareil pamphlet doctrinaire.

C’est bien volontiers qu’Attac participerait à un débat sur les bienfaits supposés de la mondialisation, néolibérale on suppose. Ayant été mise en cause par Alain Baron, elle trouverait élégant que le journal signale cette ouverture pour participer à un véritable échange de vues.

 ESSAI - L’article d’Alain Baron

De quelques idées à contre-courant sur la mondialisation

C’est bien connu, la mondialisation est responsable de tous nos maux. Faux ! répond Agnès Verdier-Molinié dans un essai tonique qui remet en cause de nombreuses idées reçues.
A la question-titre de ce petit livre engagé, la réponse est résolument "non" ! Non, la mondialisation ne va pas forcément nous tuer, au contraire... Jeune et talentueuse journaliste, Agnès Verdier-Molinié, qui travaille pour l’Institut français pour la recherche sur les administrations publiques (Ifrap), ne craint pas de défendre ce qui est devenu un mot honni du discours politique et économique dominant.
"Depuis 1990, la mondialisation a permis de multiplier par deux le PIB mondial et d’augmenter de 50% le niveau de vie moyen", rappelle-t-elle en citant les chiffres du Pnud (Programme des Nations Unies pour le développement), qui ne passe pas pour être ultra-libéral. De même elle aime bien rappeler les "chiffres qui tuent" : "entre 1975 et 2005, le pourcentage de pauvres en France est passé de 12 à 6,3%" (rapport de l’Observatoire national de la pauvreté), alors que la mondialisation est censée aggraver les inégalités dans le monde entier. Ou encore : "350 millions d’Indiens ont un pouvoir d’achat supérieur à 3.000 dollars par mois", chiffre cité par un spécialiste du pays.
Elle n’hésite pas non plus à citer le socialiste Pascal Lamy, aujourd’hui directeur général de l’OMC, pour répondre à l’argument massue selon lequel les délocalisations seraient forcément la faute de la mondialisation : "parler de délocalisation n’a de sens que s’il l’on met en balance les délocalisations avec les implantations en France d’entreprises étrangères. Ce serait comme regarder le commerce international uniquement du côté des importations et pas des exportations".
Bref, un essai tonique qui s’achève par une charge non moins tonique contre le mouvement Attac, qui se déclare "altermondialiste" (un qualificatif qui apparaît comme plus positif qu’"antimondialiste" !) et qui surfe, depuis des années, sur la vague de la critique totale et militante de la mondialisation.

"La mondialisation va-t-elle nous tuer ?", d’Agnès Verdier-Molinié (JC Lattès éditeur), 160 pages, 9 euros
Alain Baron


fr

Creative Commons License | Firefox 2 | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Contacter Attac France | SPIP