Un autre site web est possible !
Vous naviguez actuellement sur l'ancien site d'Attac France. Visitez le nouveau site de l'association : http://france.attac.org

La Lettre du Conseil scientifique n°40
article publié le 12/10/2011
auteur-e(s) : Attac Conseil scientifique



La lettre du Conseil Scientifique


La Lettre du Conseil scientifique d’Attac - numéro 40
Éditorial 40 : Nationaliser les banques

Depuis plus de 10 ans, Attac démontre que la finance débridée ne peut que conduire aux crises désastreuses que l’on connaît et propose les remèdes à administrer.
Le système bancaire, et financier, est au centre du système. Michel Husson, économiste, membre du Conseil économique d’Attac-France, reprend ici "Nationaliser les banques" qu’il a, par ailleurs, publié dans le numéro 1168 de Politis du 15 septembre 2011.
Il va de soi que l’inscription des banques dans un environnement public s’accompagnera d’un processus semblable pour l’ensemble du secteur financier.
JC


Voir l’intégralité de l’édito


Démocratie

Le quotidien L’humanité a demandé à Jean-Marie Harribey, économiste membre du Conseil scientifique d’Attac-France, cinq courtes chroniques qui sont parues début septembre.
Dans chacune d’elle, il réfléchit à ce qui, à ses yeux, pourrait bien sauver l’honneur et la logique s’il était, riche, néolibéral, banquier, ministre de l’éducation nationale ou socialiste !
JC



Biens et maux publics

Que, lors des manifestations contre la faim devant le palais de Versailles en 1789, la femme de Louis XVI ait prononcé cette phrase ou qu’elle soit apocryphe, reflète parfaitement l’autisme, ordinaire, des fortunés et des gens de pouvoir ! La crise financière des années 1780 et les privilèges de plus en plus insupportables qui caractérisent l’ancien régime ont été insuffisants à ouvrir les yeux des puissants.
Hier comme aujourd’hui, les propriétaires du capital et leur mandataires croisent les doigts en étant persuadés que, maîtres du monde, ils peuvent continuer ainsi. Pourtant, l’Histoire montre qu’eux-mêmes et leur caste finissent quand même par disparaître !



L’OCDE publie en août 2011 "Corporate Loss Utilisation through Aggressive Tax Planning", et en septembre 2011 "Addressing Tax Risks Involving Bank Losses" .
L’organisation du Château de la Muette n’est guère connue comme un centre révolutionnaire qui voudrait mettre bas le système.



Le US Census Bureau travaille dans le département des affaires économiques et statistiques du ministère du commerce des États-Unis ; il recense, croise et analyse tout ce qui concerne la population étasunienne. Il dispose d’un statut spécial et des ressources correspondantes ; il compte près de 6 000 fonctionnaires. C’est dire qu’il a les moyens de mener les investigations qu’il entend conduire.



En illustration de l’article "Ah, l’indépendance de la BCE !" dans la rubrique Économie de ce numéro, on lira cet article diffusé maintenant en plusieurs langues ; on s’interrogeait, entre autres, à propos de la "culture" grecque d’échapper à l’impôt sur, non plus la "culture" mais sur l’évasion fiscale bien réelle des 250 milliards de dollars que des armateurs ont mis en place en les "cachant dans des banques suisses.
Il s’agit, ici, du témoignage du Dr. Günter Tews, juriste allemand qui connaît bien la Grèce.
Depuis sa prison, Rosa Luxembourg écrivait "Nous assistons à l’effondrement du vieux monde qui croule par pans entiers, jour après jour. Ce qui est le plus surprenant, c’est que la plupart des gens ne s’en aperçoivent pas et croient marcher encore sur un sol ferme."
JC



L’APD, tarte à la crème ou contribution véritable ?
L’aide publique au développement (APD) contribue-t-elle véritablement au développement ?
C’est la question que pose l’OCDE dans un rapport publié fin septembre 2011 "Développement : l’aide progresse, mais les tendances qui se profilent sont préoccupantes" , et "Enquête 2011 de suivi de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris"
Pour obtenir de nombreuses données relatives à l’APD, on trouvera un des répertoires les plus récents, sur le site de la Direction de la coopération pour le développement de l’OCDE.



Brèves - Parutions

Notre amie Isabelle Bourboulon publie sous ce titre, chez Bayard Éditions, le résultat d’une enquête qu’elle a menée pendant un an auprès de grandes entreprises et de services publics.
Le quotidien Les Échos en rend compte.
JC



La Lettre du Conseil scientifique d’Attac-France n’a jamais fait référence au CERAS (centre de recherche et d’action sociales), animé notamment par des jésuites.
C’est un tort qui mérite d’être réparé en faisant référence, en premier lieu, à cet article de l’économiste Gaël Giraud "Vers le Krach des dettes publiques"
JC



Le document de plus 500 pages en français "Regards sur l’éducation 2011" rassemble une foule de données statistiques.
Entre mille informations et analyses on relève cette observation "En 2009, le taux de chômage des diplômés de l’enseignement supérieur est resté constant, à 4,4 % en moyenne dans l’ensemble des pays de l’OCDE, alors que chez les personnes qui n’ont pas terminé leurs études secondaires, le taux de chômage a atteint 11,5 %, contre 8,7 % en 2008. Cette tendance vient s’ajouter à l’énorme problème du chômage des jeunes, qui passe aujourd’hui la barre des 17 % dans la zone OCDE".
JC



Plusieurs membres de la Commission Méditerranée d’Attac-France, dont plusieurs sont membres de son Conseil scientifique, ont publié "La Méditerranée, entre rives et dérives" aux éditions "Le Bord de l’eau"
On pourra lire ici la présentation qu’en font les auteurs.
Il s’agit d’un tableau global, y compris historique, dressé de la région et, bien entendu les rôle joués par le néolibéralisme dans son ensemble et les grandes puissances.
JC



Le numéro 27 d’Altermondes est particulièrement riche.
JC



Relations internationales

Le FMI a publié en septembre 2011 une version française d’une partie de son rapport "Perspectives de l’économie mondiale" et avait publié en juillet précédent ce qui est dénommé "rapport des services" consacré à la France
L’institution de Washington regorge d’économistes, souvent de talent, mais leur première caractéristique est de s’être coulés dans le moule du libéralisme ; hors les marchés point de salut.



On pourra lire, sous la même rubrique, un courte présentation de "Perspectives de l’économie mondiale" du FMI.
On peut adresser bien des reproches au Fonds monétaire, certainement pas celui de parcimonie en matière de rapports -de quotidien à annuel- de toutes natures.
Tous les semestres par exemple, le FMI publie un "Global financial stability report" que les initiés dénomment bien entendu GFSR.



La CNUCED (Conférences des Nations Unies sur le commerce et le développement) publie la version 2011 de son rapport annuel "TRADE AND DEVELOPMENT REPORT"
On pourra lire ici, la présentation qu’en fait Jacques Cossart, économiste, membre du Conseil scientifique d’Attac-France, sous le titre "Keynes, reviens ! Ils sont devenus fous !"
JC



Pourquoi donc réglementer ?
C’est même le contraire qu’affirment les propriétaires du capital qui, dans la réglementation, voient une mise en cause de leurs profits. SOMO, née au début des années 1970 aux Pays-Bas -d’où son sigle qui en néerlandais, signifie centre de recherche sur les transnationales- est une ONG qui travaille sur le fonctionnement de l’économie mondialisée et dispose de ses propres chercheurs.] Myriam Vander Stichele est l’une de ses chercheuses ; elle a publié “Liberalisation limits regulation that stabilises financial markets”
Frédéric Viale, qui suit notamment, les questions relatives au libre-échange a eu l’excellente idée de traduire cet entretien. On verra combien Myriam Vander Stichele estime que le capitalisme néolibéral sait parfaitement faire feu de tout bois.
JC



Dé-mondialiser ou mondialiser autrement ?

Le débat relatif aux barrières douanières qu’il conviendrait d’élever dans nos pays pour se protéger de ce qui n’est pas, quand on reste entre soi, dénommé hordes barbares est souvent très vif. Ce numéro 40 de La Lettre du Conseil scientifique d’Attac-France en rend compte partiellement. Pourtant, il semble bien que, seule la mise en œuvre du processus "bien public mondial" soit susceptible de protéger véritablement les... 6,5 milliards d’êtres humains.
Le Boston consulting group (consultant en stratégie d’entreprise créé à Boston aux États-Unis au début des années 1960) compte aujourd’hui quelque 7 000 personnes. Il a publié en août 2011 "Made in America again".



Écologie et société

Depuis sa création Attac affirme, et démontre, que les marchés ne peuvent pas être un instrument de régulation, moins encore dans l’intérêt des peuples et le respect de la planète.
Comme on pouvait le craindre, nous n’avons pas été entendus ; les profits en jeu sont beaucoup trop importants pour que les propriétaires du capital acceptent de voir se fermer une telle caverne d’Ali Baba !
Profitant des discours -parfaitement fondés au demeurant- portant sur la nécessité des réduire les gaz à effets de serre (GES), les mêmes ont tenté de transformer l’un des plus importants - le CO2- en nouvel Eldorado ; ils sont en passe d’y parvenir !



Le figaro.fr du 21 septembre, cultive la peur... des milliards, 750 qui engloutiraient la France en cas de pareille sortie. Mazette ! Le quotidien s’abrite derrière l’autorité du Haut commissaire à l’énergie atomique, Bernard Bigot, qui n’a pas pris le risque d’avancer lui-même pareil chiffre mais, n’a pas, non plus, pris la peine de le contester.



L’INSEE a publié dans le numéro 1357 d’INSEE Première de juin 2011 , une étude relative aux émissions de CO2 en rapport avec les déplacements. Parmi la quantité d’informations fournie, on pourra noter que, en moyenne, un habitant de pôle urbain émet deux fois moins de CO2 que le Français moyen.
On note aussi que s’agissant des transports, la voiture, qui assure 64 % des déplacements, est responsable de 90 % des émissions de CO2.
JC



L’OIT publie une étude de près de 500 pages relative aux exigences et conséquences eu égard aux "emplois verts".
Cette étude s’intitule SKILLS FOR GREEN JOBS A GLOBAL VIEW. Elle s’appuie sur les recherches particulières conduites dans 21 pays : Afrique du Sud, Allemagne, Australie, Bangladesh, Brésil, Chine, Costa Rica, Danemark, Égypte, Espagne, Estonie, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Malaisie, Philippines, République de Corée, Royaume-Uni, Thaïlande et Ouganda.



Dépossession des terres et sécurité alimentaire
Oxfam a publié, en français, le 22 septembre 2011 une étude intitulée "Le scandale grandissant qui entoure la nouvelle vague d’investissements fonciers"
On y apprend que l’ampleur du "détournement" est considérable puisque, sur la dernière décennie, l’ensemble des pays du Sud a ainsi loué ou vendu 227 millions d’hectares -équivalent à la superficie de l’Europe de l’ouest nous précise le rapport- de terres arables !



Une analyse comparée des impacts environnementaux de la communication par voie électronique a fait l’objet d’une étude produite, à l’été 2011, sous l’égide de l’ADEME ( Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) . Cette étude tente de montrer que la pratique d’échanges de messages électroniques -dénommés maintenant de manière quasi universelle mail ou email, y compris par les non anglophones- "est particulièrement gourmande en énergie, en grande partie en raison de la grande quantité de courriels envoyés par le monde".



L’énergie électrique !

La production et la distribution de l’énergie électrique a fait l’objet de nombreux articles de La Lettre du Conseil scientifique d’Attac-France, d’ailleurs dans le cadre plus large de l’énergie.
A la suite de la suggestion faite à Attac de recommander d’adhérer à Enercoop, Christiane Marty, ingénieure membre du Conseil scientifique, a écrit "L’idée de promouvoir Enercoop est plus que discutable".



Économie

La Banque centrale européenne, dont le but essentiel est d’empêcher l’inflation, est indépendante ; Monsieur Trichet y veille comme à la prunelle de ses yeux et on peut compter sur Monsieur Daghi, ancien vice-président de Goldman Sachs, qui doit lui succéder en novembre 2011, pour s’accrocher à cette règle. Mais, démontrent beaucoup, c’est une turpitude, oui, et alors !
Eric Toussaint, membre du Conseil scientifique d’Attac-France et président du CADTM Belgique, publie "Pourquoi la crise frappe l’Union européenne davantage que les États-Unis".



Le 17 juin dernier, le conseil scientifique d’Attac a organisé un débat sur le thème de la décroissance. Le dossier qui suit contient 4 textes, rédigés par Paul Ariès, Geneviève Azam, Thomas Coutrot et Jean-Maris-Harribey , qui reflètent bien la richesse et le caractère très constructif des échanges au cours de cette réunion. Dominique Plihon a introduit la réunion en faisant remarquer que le CS s’intéresse depuis longtemps à la question de la décroissance.



Dominique Taddéi, économiste, ancien député, membre du Parti socialiste dont il a été secrétaire national, s’est prêté le 1er septembre 2011 à un entretien avec Bastamag intitulé "Crise mondiale : Nous sommes revenus quelques années avant 1914…
La Lettre a déjà publié, à plusieurs reprises, des analyses de Dominique Taddéi qui, comme le présente Bastamag, est incontestablement un économiste altermondialiste.



Tel est l’appel au secours lancé, en plein été, par la fine fleur du capitalisme européen.
Ce sont, en effet, quarante "patrons", industriels et banquiers, qui lancent cette sorte d’appel au secours avec leur "La crise européenne est une crise de la dette, pas de l’euro" publié dans Le Monde du 20 juin .



La Toinette du Malade imaginaire allant répétant "le poumon, vous dis-je" savait, elle, qu’elle racontait n’importe quoi !
Comme l’indique l’éditorialiste des Échos à propos du budget concocté par le gouvernement français pour 2012, c’est "un bon budget pour convaincre les marchés d’offrir des taux d’intérêt bas sur notre dette". On ne saurait mieux dire. Pourtant, si on prétend proposer un inventaire dont l’humour serait la pierre angulaire, mieux vaut semble-t-il, s’appeler Jacques Prévert que Valérie Pécresse ou François Baroin ! A quoi donc rime cette liste ahurissante (pseudo taxation des hauts revenus, taxe sur les sodas, réduction de l’avantage Scellier, taxe sur les chambres de bonnes, pseudo éco-prêt, reconduction de la faveur fiscale pour les handicapés rénovant leur habitation, pseudo taxe carbone, etc. le ratons-laveurs ne son pas touchés il est vrai) si ce n’est cacher la réalité d’un budget qui reste un budget de classe s’appuyant sur les marchés ?



Anna Ivanova and Sebastian Weber dans "Do Fiscal Spillovers Matter ?", s’interrogent gravement pour savoir si les politiques fiscales peuvent avoir un effet !
P’t’être ben que oui, p’t’être ben que non !
Peut-on oser demander à ces deux éminents experts dans quels pays, ils ont pu observer, ces trois dernières décennies, une véritable réforme fiscale qui se serait inscrite dans un renversement des paradigme du néolibéralisme ?
JC



Enfin et seulement !

On lira ici le communiqué d’Attac-France où tout est dit à propos de la proposition de Monsieur Barroso.
On peut, notamment, "s’étonner" en effet de l’exclusion des transactions de changes dans le périmètre de ce qui serait taxé ainsi que du taux de 0,01 % sur les fameux produits dérivés.
Espérons qu’il ne s’agit pas là de subterfuges permettant de "tout changer pour que rien ne change" !
JC



Chère fiscalité !

Les articles de la Lettre du Conseil scientifique d’Attac-France portant sur la fiscalité, qu’elle soit nationale ou mondiale, sont nombreux.
Plusieurs membres du Conseil scientifique d’Attac-France, dont Vincent Drezet secrétaire général du SNUI (syndicat national unifié des impôts), ont préparé une sorte de vade-mecum intitulé "La justice fiscale vite !" qui fera l’objet d’une publication qui doit sortir en librairie très prochainement. Il s’agit d’une réponse aux idées reçues balayant quinze affirmations qui, malheureusement, forment le socle de la croyance fiscale en France. Beaucoup de vraies-fausses affirmations sont ainsi démontées.
On lira "La France est une exception : c’est la championne du monde des prélèvements obligatoires !" qui sera le premier chapitre de l’ouvrage.
JC



On lira avec avantage le communiqué d’Attac-France "Taxe Tobin en Europe : une avancée qui vient trop tard"
En effet !
Après avoir tant diminué la fiscalité des transnationales et des riches, les États sont aux abois et, pour autant, cherchent de manière totalement schizophrénique, à "rassurer les marchés" ; c’est bien peu.
Comme l’indique le communiqué, "on peut regretter que le taux proposé [sur les produits dérivés] ne soit alors que de 0,01%" mais on peut aussi exiger que, pour une véritable régulation financière, ce soit toutes les transactions financières, qui soient prises en compte.



Les marchés, vous dis-je, les marchés !

Le FESF (Fonds européen de stabilité financière) est le fonds commun de créances créé par les 27 pays de l’Union en 2010. Ce Fonds ne serait pas à la hauteur des besoins ! Que faire ? Tout simplement, utiliser la "technique" des dérivés qui a tellement profité à l’économie mondiale ces dernières années.... Annuler de la dette ? Vous n’y pensez pas, un bon levier bancaire et le tour est joué !



Altermondialisme

Au premier semestre 2011, un substantif a fait florès : démondialisation ; en même temps que se sont multipliées les publications sur ce thème. Parce que leurs auteurs sont dans le camp altermondialiste, l’attention a d’abord été portée sur deux ouvrages, celui de Jacques Sapir, "La Démondialisation", avril 2011 au Seuil, puis celui d’Arnaud Montebourg, "Votez pour la démondialisation", en mai 2011 chez Flammarion.



fr

Creative Commons License | Firefox 2 | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Contacter Attac France | SPIP